Arbre d’automne, forêt en lumière et champignon

foret-d-automne

Balade en forêt, arbres d’automne aux couleurs en mouvement.

En cette saison, les étangs peu à peu se couvrent de silence et de brume. Il est temps pour moi de les abandonner (provisoirement!) pour me réfugier en forêt. Impossible de ne pas vivre l’automne sous le couvert des arbres! Pour les parfums, pour la couleur de la ramure et celle des petits fruits qui enguirlandent les lisières, pour le crissement des feuilles sous les pieds au rythme régulier du becquetement des pics… Il y a quelque chose d’intense et de tellement éphémère!

Clic obligatoire pour afficher en grand

foret-d-automne
La forêt d’automne a encore presque toutes ses feuilles…

Un léger filé, un léger flou, pour cette photo dont le sujet est autant la forêt que la lumière.

Cette photo date d’il y a quelques jours, et je m’empresse de la publier avant qu’elle ne soit plus d’actualité. Car tout change tellement vite, au mois d’octobre! A l’instant même où je rédige cet article, le vent souffle dehors. Il remodèle à coup de rafales ma forêt. Ce soir, elle aura changé de visage, depuis cette image: plus jaune, plus rousse, plus lumineuse aussi.

Sujet photo de saison: les champignons

Une seconde photo prise le même jour? Un petit champignon, un vrai sujet de saison ;)!

foret-coin-a-champignon
Champignon de lumière

Voir ou revoir d’autres photos de champignons dans le blog?

halloween-ambiance-rouge-noir Champignon au soleil couchant

photo-macro-champignon Petit champignon orange sur fond de mousse.

13 commentaires sur “Arbre d’automne, forêt en lumière et champignon

    1. Heureuse de te retrouver ici, Toine,
      Merci pour ce commentaire! La lumière, au final, c’est elle qui décide de ce que raconte une image. Elle apprend la patience, elle apprend à se détacher de la « coche » pour aller chercher l’ambiance et le sens.
      Aucun problème pour le lien, merci!
      Amicalement

  1. Bonjour,

    La première est très belle, les couleurs sont splendides. C’est vrai que la forêt évolue vite à cette période de l’année.

    J’aurais voulu aller photographier les champignons hier, il y avait une très belle lumière mais les chasseurs sillonnaient les chemins. Ce n’est pas très paisible et serein comme contexte. Et aujourd’hui, il pleut! 🙁
    Bonne journée

  2. J’aime aussi beaucoup la première photo. Comment avez-vous obtenu ce filé : un léger mouvement de l’appareil vers le haut, le bas ? Sur la deuxième, je trouve le disque de lumière sur la droite trop présent, mais le champignon est très beau avec cette transparence.

    Amicalement

    Emmanuel

  3. J’ai découvert vos photos grâce à un Nat’Images, et je vous ai retrouvé hier sur France 5, dans le film Les secrets des photographes animaliers. Bravo pour votre approche très personnelle de la photo nature! Une vraie poésie se dégage de chacune de vos photos. Comme ici, entre ce sous-bois qui scintille, et au contraire, le choix judicieux du format carré pour ce champignon immobile et lunaire, minuscule par rapport au vide du cercle de lumière. On y retrouve votre art de la composition. Merci de nous faire rêver. J’espère avoir l’occasion de découvrir un jour vos oeuvres en vrai.
    Cordialement
    Michel

  4. Alors là, chapeau bas ! 😉
    J’aime beaucoup la deuxième qui propose un construction originale (comme d’hab). Le champignon semble lui-même le témoin de quelque-chose, comme nous. Super lumière! 🙂

    La première me scie en deux. J’adore. Une ambiance hyper-forte.
    Merci Cathy.

  5. La première photo est vraiment extraordinaire. Et je partage ton impossibilité de ne pas vivre l’automne sous le couvert des arbres :-).

  6. Merci pour vos petits mots. Je constate que je ne suis pas la seule à chercher la compagnie des arbres et des dernières couleurs des feuillages :)!

    Comme vous l’avez remarqué, Michel et Essere, la photo de champignon n’est pas vraiment une photo de champignon au sens où on l’entend habituellement: le champignon est acteur, témoin d’une scène. Le choix d’un plan large donne l’impression qu’il se penche au bout du monde et voit des choses hors cadre qui nous sont inaccessibles. Je trouvais que cette idée d’un monde imaginaire hors cadre répond bien à l’atmosphère elle aussi onirique de la première image.

    Pour la première photo, il s’agit effectivement d’un léger mouvement de l’appareil photo.
    @ Manu: je t’avoue que je ne sais plus quel(s) geste(s) j’ai fait. Tout se joue très vite: il ne faut pas rater la lumière qui est très changeante. Le sens du geste n’est qu’une petite partie de l’alchimie. Il y a aussi la vitesse, la continuité ou non… Je fais ce genre d’images en mixant mon expérience, mon instinct et (indispensable!) une rapide étude des conditions lumineuses sur les courbes de l’écran arrière.

    1. Merci Ronan,
      J’en ai une autre à faire. Le lieu est repéré, mais tout au fond des bois et il y a une souille juste derrière… La dernière fois, ça raisonnait de gruiii-gruiii… Et dans ces cas-là, pas très fière… je détale 😉

      1. dommage : imagine une pause plus ou moins longue, capturant à la fois la lumière crépusculaire du sous-bois, les lignes verticales des troncs et la silhouette de quelques sangliers fouillant le sol de leur groin, un beau tableau non ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *