Pleine lune sur l’eau et haïku

paysage-lune-scintille

Vagabondages au clair de lune

Hier, le temps était à la lune ronde, mais je ne le savais pas…

Rendez-vous à l’étang, où je rêvais aux éclaboussures mordorées d’un beau soleil couchant.
Mais ni jaune, ni rouge, ni or tombés du ciel. Juste une brume. Pas une de ces brumes blanches qui parent le décor d’un léger glaçage satiné. Non, imaginez plutôt une brumes qui englue le paysage dans la mélasse gris clair d’un jour sans soleil. Brume de plaine, quoi!

Au moment de partir, j’ai quand même jeté un coup d’oeil derrière mon épaule. C’est là que j’ai compris: ce soir, le spectacle n’était pas côté soleil, mais côté lune!

L’étang sous la brume d’automne

Une photo tout en suggestion. En impression soleil couchant. Portée par le contraste discret du orange (feuillages d’automne) et du bleu, même si la palette est peu saturée. Ces deux couleurs sont opposées sur le cercle chromatique: ce contraste des couleurs complémentaires permet de donner plus de lisibilité à une image tout en conservant une composition très épurée et des teintes douces.

Ces images perdent beaucoup à être diffusées en petit format, alors, clic sur les photos pour afficher en plus grand: ça sera déjà un peu mieux! 

paysage-etang-automne

Ce couchant d’automne

on dirait

le Pays des ombres

Bashô (1644-1694)

 Haïku et photo: la lune perle sur l’eau bleue

paysage-eau-lune-brille

Fût-ce en mille éclats

elle est toujours là

la lune dans l’eau !

Ueda Chôshû (1852-1932)

paysage-lune-scintille

Généralement, je vais plutôt chercher du côté des faiseurs d’images que des jongleurs de mots pour illustrer mes inspirations. J’ai découvert l’art du Haïku il y a un an. Il a investi mon cabinet de curiosités intérieures avec gloutonnerie et évidence. Il y a quelques jours, une amie a réveillé mes envies de haïkus, d’où mon choix d’apposer ces petits éclats de textes dans cet article, plutôt que d’aller glaner des estampes ou des peintures.

La lune dans tous ses étangs états:

  • Très bientôt, la suite de cette balade nocturne au clair de lune, avec une série très différente: c’est pour cela que j’ai préféré scinder mon article en deux.

10 commentaires sur “Pleine lune sur l’eau et haïku

  1. Éclats de lune, éclats de textes. Tu m’éclabousses de toutes ces petites taches de beauté.
    Magnifique, Cathy !
    La première, dénuée de lucioles, n’en est pas moins superbe. Tu sais faire du flou très net!
    En regardant de près, on voit de jolis petits détails.
    Ce serait très beau en grand tirage.
    Bravo !

  2. J’apprécie te lire, les textes sont très bien écrits et poétiques. Je rejoins l’avis des autres, la deuxième est très jolie.
    J’ai hâte de voir la suite.

  3. Superbes, j’adore!
    Comme toi, j’aime beaucoup associer des haïkus à mes images et à mes promenades, et Basho est de mes poètes préférés. Merci pour ce joli partage de tes rêves.

  4. Merci beaucoup pour vos petits mots!
    J’avais hésité à publier ces photos: le petit format leur va tellement mal…
    La deuxième est celle qui comporte le + de net, c’est elle qui s’en sort le mieux 😉

    @ Essere: tu triches: tu les as vu en très grand, toi, avec tous les détails qui vont avec! 😀

    @ Philippe: Merci 🙂 C’était vraiment un clair de lune féérique. Il y avait juste la brise nécessaire à créer ces effets à la surface de l’eau. Bon weekend!

    @ Christine: J’aime ce mot, « pétillante », surtout pour une lune de Champagne! Bises

    @ Samuel: La suite arrivera très bientôt, merci! Les mots sont une seconde nature, après la photo ;).

    @ Benjamine: Merci! J’ai vraiment tardé à lire mes premiers haïkus: on en voyait trop partout, comme un effet de mode, avec cette impression qu’ils se réduisaient à un format trop formaté, écrits par des gens qui n’en lisaient pas. Et lorsque j’ai enfin ouvert mon premier recueil (Fourmis sans ombre : Le livre du haïku de Maurice Coyaud), ça a été un choc! Une vraie belle surprise. Et j’y ai vraiment retrouvé des similitudes avec mon approche très « spatio-sensorielle » de mes photos.

  5. la lune dans tous ses – éclats –
    les haïkus… c’est comme les blagues, les plus courtes sont les meilleures, c’est bien connu.
    dis, tu vas nous produire une future série de diptyques haikus-photos ?

    sinon j’aime bien la brume de plaine, c’est toujours mystérieux la brume, ça laisse beaucoup de place à l’imaginaire et aux histoires 🙂

  6. Comme Christineee j’ai une grosse préférence pour la deuxième.
    Sinon, j’hésite depuis quelques mois à partir sur un « légendage » de certaines de mes photos par des Haikus (découverts récemment également), et j’avoue que cette série fait définitivement pencher la balance : je vais m’atteler sérieusement à l’étude de recueil de Haikus.
    Je vais sûrement me laisser convaincre par celui qui t’a séduite !

  7. Ronan: Oui, moi aussi, j’aime la brume, et pas seulement la belle qui précède le soleil. J’aime aussi le brouillard bien gris (pas tout le temps quand même): je trouve que le monde devient très différent, on se repère autrement, il y a + de parfums, et les bruits racontent d’étranges histoires.

    Pour l’association haïku-photo, je ne sais pas encore trop: c’est un exercice très courant, en ce moment. Et comme j’ai du mal avec les choses à la mode… Mais en même temps, je me retrouve beaucoup dans cette approche légère et intimement naturaliste des haïkistes. Pour l’instant, je suis lectrice débutante en haïkus: je vogue selon mes envies, et les associations de ces derniers jours m’ont donné l’occasion de lire un peu + de ces petits poèmes.

    Seb: J’ai vraiment adoré « Fourmis sans ombre ». C’est un (vrai) libraire qui me l’avait conseillé: il m’a fait un beau cadeau. C’est un recueil totalement subjectif, qui raconte le haïku selon l’auteur, et j’ai été totalement séduite par sa conception des haïkus. Mais je me sens tellement néophyte dans le domaine, que je ne t’en dirais pas plus sur le sujet. Si tu succombes toi aussi à l’appel du haïku, n’hésite pas à me sire ce que tu en penses 😉

  8. Bonjour Cathy,

    J’aime beaucoup cette série avec, comme beaucoup, une préférence pour la deuxième. Merci pour toute cette poésie en images !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *