Soir d’or, de rouge et de bleu

Le soleil d’hiver est rare. Mais il possède un talent unique et précieux : celui de transformer en quelques secondes le gris lourd et collant d’une journée entière (voire davantage!) en une explosion de couleurs.

– Toutes les couleurs? Non! Pas de vert en hiver, pour moi. Je n’ai d’yeux que pour les oeuvres mouvantes et émouvantes d’or, de garance et de bleu tissées au crépuscule, à l’horizon de ma plaine.

Ondulation en Rose et bleu : Calligraphie aux roseaux

Clématite d’or et d’argent

Paysage d’hiver

Pour terminer, je vous propose une image extraite de ma série # Horizon Bleu Garance # un peu différente de celles que vous avez pu voir en exposition. Un paysage plus… figuratif? romantique? dessiné?… Avec toujours ce contraste entre flou et netteté qui fait partie intégrante de mon travail et me permet de donner du sens et un sens de lecture à mes images: une eau étale, plissée au loin de traits de plume très nets, là-bas, tout au fond de l’étang, là où s’ouvre ce passage ténu dans lequel s’est engouffré le soleil couchant.

Anecdote : à l’heure où j’écris cet article, je viens d’effectuer un clic droit sur ma dernière image. Les « images similaires » que propose Google sont des portraits. Lorsque je précise le critère de recherche « tableau paysage », Google assimile ma photo à … La joconde! Mon paysage a-t-il lui aussi une façon bien à lui de sourire en hiver?  😉

(Ces résultats sont bien sûr très éphémères. Avec Google, tout change tout le temps! )

7 commentaires sur “Soir d’or, de rouge et de bleu

  1. Superbes !
    La première ressemble à un morceau de pierre (et non de terre) ou même de marbre pour être plus précis, la deuxième évoque le feu et la dernière c’est l’eau.
    Sur la deuxième, j’ai tout de suite vu le dessin d’un oiseau, une hirondelle (le bec dirigé vers la droite et vers le haut). L’as-tu voulu ainsi?
    Merci Cathy.

    1. Je n’avais pas du tout vu l’hirondelle. Mais maintenant, je ne vois plus qu’elle, effectivement! J’ai cherchéà à représenter la clématite fanée en hiver, mais aussi à composer avec la dynamique des deux « ailes », sans pour autant voir l’oiseau… Merci!

    1. Merci Phil,
      Oui, cet oiseau est une évidence… et pourtant, je le découvre!
      Voilà pourquoi je continue à montrer des images ici : ces échanges sont toujours un enrichissent! 🙂
      Bises à toi

  2. Bonjour Cathy,
    Tu fais vraiment un sacré travail de recherche autour de la lumière. Je suis particulièrement scotché par la clématite.

    1. Merci Ronan ! La façon dont la lumière modèle notre monde et notre vision des choses me fascine, et j’espère rester fascinée et en quête de nouvelles images encore très longtemps!
      Pour la clématite, c’est un sujet que j’ai déjà beaucoup décliné. Un peu de givre, le bon contre-jour et de quoi réaliser une nouvelle approche 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *