Confidences

Artiste ou chaman ?

Certains mots font rêver… Dans mon univers de photographe nature, je croise un peu partout des hommes et des femmes pour qui les mots « Artiste » ou dans un autre (?) registre « Chaman » raisonnent. Ils aimeraient tant en être ! Pourquoi ? Pour devenir quelqu’un d’autre ? Pour avoir quelque chose en plus ?

La réalité, en tout cas la mienne, est toute autre. Devenir artiste n’est pas un choix mais un impératif qui vient tout droit de ce bouillonnement dans notre ventre. Franchir le pas, ça n’est pas devenir plus, mais accepter de perdre. Perdre une situation, une sécurité financière, une réputation, perdre aussi parfois en crédibilité dans le regard des autres.

Etre ou vouloir être ?

Étrange paradoxe, non ? Être artiste, c’est au fond, oser être qui on est vraiment. Aller sur sa propre route, accepter la solitude, le doute, être prêt à poursuivre, même sans la validation des autres. Sans like ni retour. Car si l’on est réellement dans l’acte de création, on est sur une voie nouvelle, qui n’existe pas encore. Il faut être prêt à traverser seul le désert, car il faudra parfois du temps aux autres pour accepter cette nouvelle réalité que l’on propose.
Vouloir être artiste, c’est souvent vouloir tout le contraire : vouloir être aimé, reconnu, vu, créer des oeuvres que les gens comprennent au premier regard.

Alors oui, tout le monde se rêve artiste, au point que certains développent des émotions toxiques pour eux-mêmes et pour les autres, comme la convoitise ou la jalousie. Mais l’artiste qui franchit le pas ne vit pas la vie qu’on imagine. Il possède toutefois quelque chose d’unique, de précieux, qui nourrit l’âme et le coeur : Il vit avec ce sentiment fort d’être à sa juste place, réellement dans sa vie à lui.

Je crois que de plus en plus de personnes sont en quête de leur voie propre. Qu’ils recherchent l’énergie nécessaire pour faire ce pas de côté qui leur permettrait d’être à leur juste place. D’ailleurs, je n’aime pas trop employer cette expression : « être à sa place ». Le but n’est pas d’atteindre une place fixe, rigide. Le but est un chemin infini, qui apporte mouvement et énergie aussi longtemps qu’on le parcourt.

Les petits êtres de la nature nous observent parfois…

Que vient faire le chaman dans l’histoire ?

Dans un milieu comme la photo nature, où en théorie on est plus proche de la nature que la plupart des gens, on retrouve là aussi ce désir d’être plus. Plus connecté. Plus spécial. Plus en phase avec ces énergies de la nature, dont au fond, on n’est pas bien sûr qu’elles existent. Ah, si seulement on pouvait être chaman… On pourrait tutoyer les écureuils et les blaireaux. On pourrait avoir des papillons dans les yeux et voyager en compagnie de l’aigle et du loup.

Je ne sais pas si je suis chaman. Je suis sensible. Hypersensible. Empathique autant envers les animaux qu’envers les hommes. Capable parfois de communication animale. Je devine ou ressens les lieux, les arbres, les gens. Je ne fais pas le choix d’être cela. Je n’ai rien de plus. Juste des singularités qui me mettent en lien avec le monde d’une façon différente. Rien de bucolique dans ce lien fort à la nature. Au contraire, une conscience aiguë de tant de blessures et cicatrices ! Et là encore, tout comme pour l’artiste, on avance sur un chemin de solitude. Tant de choses perçues que l’on ne peut pas partager ! Que l’on ne comprend pas ! Qui pourraient donner envie de hurler ! Solitude ? Pas tout à fait. Car ce lien à la nature vaut tous les renoncements du monde et génère un émerveillement de chaque instant.

Ce montage de 2 de mes photos est librement inspiré d’un dessin qui a circulé sur les réseaux il y a quelques mois. Impossible de le retrouver ! On y voyait un premier dessin légendé « Chaman, ce que les gens imaginent » : un homme souriant béatement à une nature luxuriante et idyllique, des fleurs et des papillons partout. Le dessin de droite, intitulé « Dans la réalité » montrait ce même homme en lien avec le brouhaha sombre de l’invisible. J’avais trouvé cela très juste, et quelque part, c’est ce dessin qui a inspiré mon billet du jour. Si quelqu’un sait de quel dessin je parle… ?

Pourquoi écrire ce billet ? J’ai hésité. Mais au fond de moi, j’avais très envie de vous inviter à partager ma route. Plus j’avance en écoutant mon coeur et ma petite voix intérieure, plus je me sens apaisée d’arpenter mon propre chemin. Curieuse de la suite. En mouvement. Et ce chemin m’embarque aujourd’hui ailleurs. Vers cette nouvelle aventure : apporter aux autres mon expérience de l’acte de création, d’une vie d’hypersensible et des énergies de la nature.

Pourquoi ce changement de cap ? Pas un réel changement, puisque tout ça s’inscrit dans la lignée des stages « Nature en Lien » de 2019. Je me décide enfin à poursuivre dans cette direction de façon plus poussée. Non plus à destination exclusive des photographes, mais de tous ceux qui se sentent happés par une vie pas toujours en phase avec leur nature.

Dépasser ses peurs

J’ai peur de perdre, bien sûr ! Je sors de ma zone de confort. Encore une fois ! Je vais dans une zone totalement nouvelle pour moi. Surgissent mes démons : sentiment d’illégitimité, manque de confiance, peur de perdre ce qui est, même si au fond, je ne m’y retrouve plus à 100%. Qui écouter ? La peur ? La quête de train-train qui apporte une pseudo-sécurité ? Ou la voie du coeur, qui le fait battre un peu plus vite, mais qui sonne bien plus juste.

Lire : « Je me perds… #Confidence » https://blog.champagne-balade.fr/je-me-perds-confidences/4436/

Changer, c’est lâcher des choses

J’ai décidé de ne pas écouter mes peurs. Enfin… d’essayer. D’aller vers de nouveaux horizons, portée par mes expériences passées. D’accepter de lâcher des choses, non pas pour « avoir plus » mais pour « être plus » en phase avec moi-même. Je veux clairement proposer mon aide à celles et ceux qui souhaitent retrouver une énergie créatrice inspirée de et dans la nature. Renouer avec soi-même, nourrir et chérir sa singularité. Développer son intuition et une photographie (ou tout autre art) de façon puis instinctive. Tout un programme, n’est-ce pas ?

A petits pas, j’avance pour définir des protocoles et des outils qui me permettront de proposer des séances en petit groupe ou individuelles autour de ces thématiques… Etant donné la période incertaine, je pense aussi à développer des choses à distance. A suivre !

J’arrête donc pour l’instant les stages photo « classiques » (Genre « macro créative »…). Je n’arrête pas pour autant la photo, qui demeure mon médium privilégié pour être en lien avec ma nature ! Je vais également poursuivre les stages Livre d’artiste : un autre monde, tout à la fois en symbiose et différent, dans lequel je me sens profondément à ma place.

Dans tout ça, je conserve bien sûr ce blog ! Fidèle compagnon de mes errances depuis tant d’années, qui ne boude pas mes silences et accueille toujours mes envies d’écriture. A chaque fois que je reviens ici, je me sens de retour à la maison, et j’ai envie de m’excuser auprès de vous, qui me lisez, pour mon manque de régularité. Et plus que tout, j’éprouve de la gratitude pour chacun d’entre vous ! Merci d’être là !

14 Comments

  • essere

    Bonjour Cathy,
    merci pour ces mots. Tu parles avec une grande honnêteté de ce que tu es et de tes projets.
    Je ne doute pas que tu as ce qu’il faut pour aller loin, quelque-soit le chemin choisi (loin des autoroutes), et que tu sauras en faire profiter les autres.
    Je suis aussi convaincu que c’est en allant vers soi, en se trouvant que l’on peut vraiment aider autrui.
    Je continuerai à suivre attentivement ce que tu fais. Les voies peuvent être diverses et variées pour aller vers du mieux ou, tout simplement pour « aller », tant il est vrai que le chemin compte davantage que le but.
    Bonne route.

  • Christine

    Comme ton chemin me parle… quel courage de s’ouvrir ainsi en toute simplicité et humilité. Ton choix d’être toujours en phase avec toi, ton petit toi intérieur, est superbe et tellement cohérent avec qui tu es, même si cela ne plaît pas à tous… de perdre comme guide dans un parcours photo créative…c’est dur mais c’est peut-être pour mieux te retrouver sur un chemin encore plus personnel…enfin je l’espère intimement

    • Cathy Bernot

      Bonjour Christine,
      Merci à toi aussi pour ton regard toujours si bienveillant sur ce que je fais. Tant de monde ont du mal à accepter les changements !
      Etre transparente sur le blog m’aide vraiment à avancer. Je me dis que si je ne peux pas énoncer clairement et simplement les choses sur un blog, comment prétendre à mon tour aider autrui à avancer ? Et puis, écrire m’a toujours permis d’y voir plus clair et de renforcer ce sentiment d’être là où je le souhaite.
      Et concernant la photo créative, cela ne changera pas tant que ça sur le fond. J’ai vraiment entendu nos derniers échanges 😉 , et j’envisage une forme de « sortie création » individuelle, pour photographes, mais aussi pour artistes en général. L’acte de création : c’est là qu’est la clé de tant de choses, il me semble…
      Alors, si l’aventure te tente d’ici quelques semaines, cela sera avec grand plaisir ! 🙂
      Prends bien soin de toi ! Bises

      • Christine B

        Merci pour cette ouverture pour une prochaine rencontre… je serai toujours heureuse que nos chemins se croisent, cela m’apporte beaucoup, au-delà de la photo et un accompagnement plus général qui englobe l’hypersensibilité…et la prise en compte de l’être..est une source de bien être, pour moi.. plus attirante que le yoga
        Je reste attentive à la formalisation de tes nouveaux projets. Bises

        • Cathy Bernot

          J’ai de très bons souvenir de stages, avec beaucoup d’intensité ! Je serai moi aussi heureuse de te retrouver bientôt. Et promis, je ne mettrai pas du yoga partout !!! 🙂 😉
          Bises

  • Maussion Didier

    La photo t’a emmenée vers ce chemin, ta sensibilité aux choses, aux mondes qui t’entoure . Oui tu sors de ta zone de confort … mais tu l’as souvent fait ! les bleus garance, les livres d’artiste … tu as une énergie à créer, te dépasser ! tu veux créer en harmonie avec les vibrations, les émotions . tu laisses parler ton cœur ! J’ai toujours fan de ton travail ! il y a une créativité, une sensibilité qui me touche . Quand j’ai fait mon stage avec toi ! la pluie qui aurait pu tout cacher . Elle a au contraire créé un échange ! Un espace où l’on s’ouvre par le biais de la photo … un espace d’harmonie ! Ça m’a ouvert les yeux sur la créativité et m’a fait comprendre je pouvais exprimer ma sensibilité par la photo ! Tu es une Vrai artiste , une belle personne ! et j’espère bien pouvoir un jour faire un stage « sortie création » avec toi .
    Prends bien soin de toi
    Bises

    • Cathy Bernot

      Coucou Didier,
      Chaque chose que l’on fait nous embarque ailleurs. Je crois qu’au fond, j’aime sortir de ma zone de confort. Ma façon à moi de voyager, des voyages plus intérieurs.
      Ton témoignage me touche beaucoup ! Oui, je me souviens de ce temps !!! Et pourtant, oui, il y a eu une densité au stage ! Et vraiment heureuse de voir où ta créativité te mène aujourd’hui !!! ☺ Hâte de découvrir ça bientôt, d’ailleurs.
      Bises

  • Philippe Bullot

    Suis-je un artiste ? Non. Suis-je sensible ? Peut-être. Pas toujours.
    Suis-je à l’écoute ? Oui, sans doute.
    J’attends tout d’un artiste. Quoi ? Je ne sais pas. Que ses images, son chant, son regard, ses mots ou sa cuisine ne changent pas ma vie comme on change de papier-peint mais m’ouvrent aux mondes dont j’ignore tout comme on ouvre une fenêtre.

    Artiste, chamane ? Qui es-tu Cathy ? Peu m’importe le nom de la porte que tu as franchi avant que je fasse ta connaissance. J’attends avec impatience, souvent étonné, stupéfait parfois, que tu ouvres ces fenêtres dont j’ignore encore l’existence, merci Cathy !

    • Cathy Bernot

      Bonjour Philippe,
      Un grand merci à toi pour ton regard, toujours si ouvert et bienveillant, depuis… si longtemps ! C’est vraiment un grand plaisir de te répondre à l’ancienne, sur le blog !
      Merci à toi ! Bises à vous

  • Benaissa

    Le choix que tu as fait est courageux, mais comme tu le décris il était impérieux aussi…Je pense que bonheur est synonyme de légèreté, en ce qui me concerne en tout cas, et c’est donc ce que je te souhaite, sur ton chemin, être légère…

    • Cathy Bernot

      Merci pour ton commentaire, et pour ce mot : légèreté. Oui, je te rejoins. Au fond, le but de tout ça, c’est de s’alléger. De retirer les noirceurs qui nous habitent, comme on enlève les pelures d’oignon. Pour se sentir allégé. Ni encombré de l’intérieur, ni encombré de l’extérieur. Accepter de perdre, c’est revenir à l’essentiel, et accepter d’être soi : s’accepter, tout simplement… et pas toujours simple 😉

  • Céline

    Bonjour Cathy,
    Comme je me retrouve à travers ce texte et cette réflexion que tu nous livres avec sincérité et transparence.
    Merci du partage ! À chaque fois que je te lis, je me sens moins seule ! 🙂
    Tes photographies expressives et sensibles me touchent aussi beaucoup.
    Bonne suite à toi et au plaisir de croiser ta route un jour ! (peut-être virtuellement avec ce projet d’offrir des ateliers en ligne)
    Pensées du Québec

    • Cathy Bernot

      Bonjour Céline,
      Merci à toi pour ton petit mot !
      Avec le temps, j’ai fini par comprendre qu’ouvrir son coeur, ou s’exposer, c’est parfois s’exposer à des choses désagréables, mais c’est aussi la seule façon d’être là où on doit être et de faire ce qui nous convient le mieux.
      Cette hypersensibilité, c’est une force incroyable, et cela permet aussi d’investir des espaces et de rencontrer des personnes qui fonctionnent de la même façon. Je crois que « se serrer les coudes entre nous », ou simplement faire acte de reconnaissance et de bienveillance entre hypersensibles, c’est un cadeau précieux de la vie ☺
      A bientôt !
      Amitié
      Cathy

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *