Poésie

Poète et poème

  • A l’encre du soleil // Apollinaire à l’horizon bleu garance

    Comment ai-je découvert fortuitement que le poète Guillaume Apollinaire veillait dans l’ombre sur mes Horizons bleu garance?… Vivre un ciel écarlate d’hiver, au vent qui glace les os, ne laissant que le souffle pour chauffer les corps et les coeurs, Laisser son regard glisser sur cette plaine de marne, qui conserve en son sein tant de souvenirs de guerre, Ce sont là des émotions fortes! L’instant se perd dans le temps. On oublie où l’on est, l’obscurité estompe le modernisme et recrée les fantômes du passé. L’or du couchant porte en lui le souffle du prochain printemps. Je me nourris de ces émotions pour créer mes Horizons bleu garance. Il y…

  • Haïku vertical

    Chut… C’est encore l’hiver! Mon pays natal détrempé par la pluie je le foule pieds nus. Taneda Santôka (1882-1940) Clic sur l’image pour voir en grand Minimalisme et silence // Rien de plus Une photo qui oscille entre mes Lumières rouges et mes Horizons bleu-garance. Abstraite, cette image? je ne crois pas. Juste silencieuse et minimaliste. Le Haïku de Taneda Santôka s’est imposé (comme il me tarde de retrouver le contact pieds nus avec la terre ! ) en même temps que le format Naga-Oban qui n’a pas son pareil pour guider l’image des tréfonds des terres sombres vers l’éther. A voir également                           …

  • Haïku, rien de plus…

    La fraîcheur J’en fais ma demeure Et m’assoupis. Bashõ   Langueur d’automne Flottaison de saison Partie loin de mon ordinateur le temps d’une soirée. Quelques photos dans la boîte. J’ai voulu les publier. Celle-ci a refusé. Elle avait besoin de solitude. D’un peu de temps, d’intimité, pour accepter la chute. Il faut écouter parler nos images. Je me suis pliée à sa volonté. La voilà donc seule sur l’eau étale de la mare. Encore verte, qui repousse l’automne mais déjà frémit sous la lumière froide d’octobre. La suite un peu plus tard, et d’ici là, profitons de l’instant et de la lumière.

  • Clair de lune inspiration japon

    Photo | Haïku | Estampe | Méli-mélo de pleine lune à l’heure bleue…  Histoire sans paroles: Des photos trouvées au bord de l’eau, des estampes, des haïkus, sous les rayons blancs d’un clair de lune… Au clair de lune je laisse ma barque pour entrer dans le ciel Kôda Rohan ( 1867-1947 ) Après avoir contemplé la lune Mon ombre avec moi Revint à la maison. Yamaguchi SODO (1642 – 1716) Les photos de cet article ont été réalisées le même soir que celles de l’article précédent: vagabondages au clair de lune. J’avais déjà les estampes en tête au moment de la prise de vue. Comme vous vous en doutez,…

  • paysage-lune-scintille

    Pleine lune sur l’eau et haïku

    Vagabondages au clair de lune Hier, le temps était à la lune ronde, mais je ne le savais pas… Rendez-vous à l’étang, où je rêvais aux éclaboussures mordorées d’un beau soleil couchant. Mais ni jaune, ni rouge, ni or tombés du ciel. Juste une brume. Pas une de ces brumes blanches qui parent le décor d’un léger glaçage satiné. Non, imaginez plutôt une brumes qui englue le paysage dans la mélasse gris clair d’un jour sans soleil. Brume de plaine, quoi! Au moment de partir, j’ai quand même jeté un coup d’oeil derrière mon épaule. C’est là que j’ai compris: ce soir, le spectacle n’était pas côté soleil, mais côté…

  • macro papillon en rouge et noir

    Rouge et or: vive la photo couleur!

    Envie de couleurs! Envie de soleil! Du coup, je vous fais partager mes envies à travers ces deux photos réunies autour d’une palette d’or et de pourpre (et je réalise à l’instant que ce sont-là les couleurs de l’automne!). La première, le petit papillon azuré, date d’il y a quelques jours. La seconde – un filé d’arbres en ombre chinoise au bord de l’étang-  est beaucoup plus ancienne: elle a été prise en hiver dernier. Les associer ici, juste pour se convaincre que laisser filer l’été pour entrer en automne ne signe pas la fin des couleurs sur le capteur… Vive le rouge et or, qu’il se décline en plein…