Fleur de paquerette
Coucher de soleil,  Floralie,  Heure bleue

Prise en main

Je ne vous en avais pas parlé, mais depuis des semaines, je galère avec le SAV Nikon. En effet, j’ai eu la mauvaise idée d’acheter un D600. Je n’ai pas envie de parler des problèmes de conception de ce boîtier: Le magazine Chasseur d’Images le fait très bien ;-). Bref, j’ai enfin tourné la page «D600» pour passer au D800. Voilà donc mes premiers tests de ce boîtier fabuleux, mais dont la lourdeur des fichiers et le gros volume du boîtier me faisaient un peu peur… (D’où mon choix initial du D600, qui est plus adapté à une photo macro nature à main levée).

Fleurs de printemps au D800


Histoire de demeurer fidèle à mon travail sur le soleil rouge (Voir « Lumière rouge » Expo 2012-2013), j’ai testé la dynamique du capteur du D800 sur une ficaire fausse renoncule au crépuscule. Le résultat est sans équivoque: la photo est pratiquement brute de capteur (de toutes façons, tant que je n’ai pas changé d’ordinateur, impossible de travailler les raw du D800 au delà du strict minimum 😉 ). Il y a des nuances même dans les flous, et la transition du soleil au ciel est top :-). Les autres photos, c’est juste histoire de saluer le printemps à grande ouverture, avec un bokeh enrichi tout en transitions toutes douces.

Au final, ça n’est pas si compliqué de travailler à main levée. Pour l’instant, j’ai quand même tendance à doubler la vitesse de sécurité, surtout si l’optique n’est pas stabilisée.

Et comme je ne travaille pas que sur les soleils rouges, mais aussi sur la lumière bleue, je n’ai pas résisté à un petit aperçu de mon terrain de jeu à l’heure bleue. Je le partage ici, mais le petit format ne rend pas vraiment hommage à la richesse des détails du fichier d’origine…

Filé d’arbres en bleu


Ceux qui me connaissent le savent: le matériel photo n’est pas pour moi une priorité. Mais ce passage à un boîtier FX m’était devenu indispensable pour plusieurs raisons: besoin de réaliser des tirages en plus grand format, besoin d’une dynamique de capteur plus performante, et d’une gestion de mon bokeh plus fine. Et quelques photos plus tard, j’ai le sentiment que cette nouvelle saison macro qui commence s’annonce riche de nouvelles expériences photographiques :-).

Je vous laisse, et je crois que je vais passer beaucoup plus de temps le nez dans l’herbe que sur la toile, cette semaine :-). Profitez bien du printemps!

12 Comments

  • Essere

    Voilà qui nous promet de fabuleuses séries de photos, comme tu en as le secret, Cathy.
    Les détails sont assez époustouflants (voir notamment le cœur de la pâquerette ou les branches sur la dernière image). Je pense que vous allez faire un bonne équipe, toi et ton D800.

  • Philippe Bullot

    A voir tes miniatures, c’est difficile de se rendre compte ce que le plein format t’apporte. La différence n’est pas encore évidente, je suppose qu’il en sera autrement lorsque tu auras apprivoisé la bestiole. 😉
    Bonne soirée Cathy 🙂

  • Cathy Bernot

    Essere: Oui, tu as vu la différence: une image sortie nickel et une transition dans les flous comme j’en rêvais, avec un excellent piqué sur la zone de netteté minuscule: vive le D800 😉

    Philippe: La bestiole est déjà apprivoisée, reste à la pousser un peu. Et au niveau de la dynamique du capteur par exemple, la différence est déjà bien visible (voir la ficaire: il faut un capteur capable de saisir un clair-obscur en couleurs sans ombres bouchées ni zones trop claires, voire cramées. Mais pas trop envie de discuter technique: un sujet pointu qui n’intéresse pas grand monde et sur lequel je me suis trop penchée à mon goût ces dernières semaines ;-).
    Au fait, tu parles de miniatures: tu peux bien ouvrir les photos en 720 px? (un visiteur m’a dit qu’il ne parvenait pas à les ouvrir, mais c’était avec IE)

  • Roger

    Les photos sont très belles il n’y a pas à dire et ma foi je comprends tout à fait ta recherche de l’outil idéal. Nul doute que ton plaisir ira crescendo. Je suis moi même en cogitation pour changer mon bon vieux mais fidèle Alpha 700…je crois bien t’en avoir parlé…et je vais sans doute me ranger à ton avis en restant en APSC qui correspond plus à mon niveau et non en plein format plus difficile à maîtriser et surtout beaucoup plus cher.
    Grosses bises Cathy, à bientôt.

    • Cathy Bernot

      @ Roger: en impression grand format, j’avais besoin d’améliorer la qualité des flous et des zones de transition. C’est encore plus marqué en photo à contrejour: je pense que je double le temps durant lequel je peux photographier un soleil couchant sans trop cramer ni boucher. Et je pouvais difficilement aller au delà d’un format 50×75 avec certaines de mes photos. Mais tout ça, ce sont des besoins très spécifiques. Et oui, je me souviens de notre discussion. L’APSC n’est pas une question de niveau mais de besoins. Sincèrement, pour de l’animalier (dont la macro) et si tu n’as pas besoin de format d’impression très grand, c’est un bon choix. Tu parles du coût: passer en FX, c’est aussi souvent renouveler une partie de ses objectifs (ce qui n’est heureusement pas mon cas), ce qui rajoute au prix du boitier (il y a des objectifs optimisés DX qui ne passent pas en FX. On trouvera toujours des moyens de nous faire racheter du matériel 🙁 ). J’ai l’impression que l’APSC est loin de disparaître. Il y a toujours une grosse demande et des nouveautés expert qui sortent.
      Grosses bises.

  • Raf

    Bonsoir Cathy,

    Le matériel ne fait pas tout mais oriente les choix de prise de vue. Ce D800 est incroyable pour ce qui est de trouver des nuances de tons dans les tons sombres. Et puis passer au plein format apporte une perception bien différente de la profondeur de champ. Je suis passé récemment au 5D3, le concurrent directe du D800 et cela m’a fait redécouvrir mon 50mm f/1.4 ainsi que d’autres optiques finalement mal adaptées pour l’APS-C.

    Te souhaitant tout l’engouement possible pour tes futures clichés

    • Cathy Bernot

      Le matériel doit répondre à des besoins, et pas les créer ;-). Dans ces conditions, un nouveau boîtier, c’est un effectivement un espace de liberté en plus, et une redécouverte toujours stimulante :-).

  • ronan

    ah le format FX… bon évidemment la qualité des images se paye (parc optique à revoir et grosse bécanne pour le post traitement), mais elle paie en retour également.
    Tu vas pouvoir continuer à nous éblouir en clair obscur 🙂

    • Cathy Bernot

      Heureusement, mes 3 principaux objectifs sont des focales fixes récentes en gamme pro, donc pas de changement à faire. Par contre, je vais sans doute aller voir du côté d’un 150 mm macro, pour retrouver le côté petit télé de mon 105 avec un DX. Mais la priorité (prise en compte dès que j’ai commencé à creuser ce gros trou dans mon budget): changement d’ordi (il est en cours de montage).
      Oui, c’est vraiment le côté obscur qui m’a poussée à passer au D800: j’ai eu trop de photos belles sur un écran mais pas imprimables au delà d’un petit format à cause du rendu et du « vide » des ombres.

  • Benoit

    De belles photos en perspectives. Il ne reste plus qu’à ce mettre au travail maintenant que tu es bien équipé.
    Le D600 est un très beau bijou, je le test de temps en temps lors de mes cours. Le forma FX est réellement un plus pour la qualité des photos du fait de son cercle de confusion et de la qualité du grain qui en ressort.

    • Cathy Bernot

      Bonjour Benoît,
      Bienvenu ici et merci pour ta participation à ce fil de commentaires.
      Le D600 aurait sans doute été un très beau bijou dans un monde sans poussières. Mais je te conseille fortement de passer au test du D800: tu verras la différence, en particulier dans le coin en haut à gauche 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *