Horizon Bleu Garance {2}

 De l’image aux tirages…

horizon-bleu-garance-photoJ’avais prévu de partager avec vous la conception de {HORIZON BLEU GARANCE} . D’un autre côté, je ne veux pas trop dévoiler l’exposition avant sa présentation au public. Comme pour la précédente (Lumière Rouge), j’ai à cœur de réserver une vraie surprise aux personnes qui se déplacent pour la voir dans la réalité dans toute sa réalité matérielle, faite de cellulose et de pigments.

J’ai donc choisi de vous raconter par petites touches dans le blog sa genèse, mon cheminement d’hier et d’aujourd’hui et sa matérialisation. Et pour illustrer le billet du jour, voilà l’une de mes toutes premières photos de ce travail sur mes arbres et paysages filés au soleil couchant, prise il y a plus de deux ans: Le tout début de l’aventure {HORIZON BLEU GARANCE} 🙂

file-arbre-soleil-couchant

Encrage de pixels…

Tout d’abord, parlons concret: la première étape, avant même la sélection définitive d’une série de photos, consiste à visualiser l’objet-photo, et même l’objet-exposition achevé: un support d’impression, une unité ou non de formats, un encadrement… autant de choix déterminants, qui vont réellement encrer ancrer une série de photos dans la réalité. Au final, cela sera assez différent de mes précédentes expositions. Mais je n’en dis pas plus.

declic editions | Pascal Bourguignon

Comment choisir? Pour ma part, cela se passe à chaque fois dans les locaux de Déclic Editions. Echanges animés avec Pascal Bourguignon en fonction d’un aperçu de mes photos: Faut-il ou non un papier texturé? Avec ou sans marges? Et les noirs, comment ressortiront-ils? On regarde des échantillons, des papiers, des encadrements… On discute. Des tas de questions qui se posent en cascade. Et puis, tout doucement, LA solution émerge.

Mon choix s’est porté une fois encore sur des tirages grand format papier fine art contrecollés dibond (une fine plaque d’aluminium rigide qui rend le support indéformable). Bien sûr, pas de vernis ni verre de protection, pour conserver toutes les qualités du tirage. C’est tellement plus beau, même si c’est plus fragile. Deux ou 3 photos seront présentées sur un support et dans un format très différents : format Naga-Õban oblige 😉 !

Je suis heureuse et soulagée que cette première étape soit franchie. Je visualise enfin mes tirages sous forme d’objets et tout se concrétise. Reste à ajuster définitivement ma sélection en fonction de ça, mais aussi en fonction de l’espace dont je disposerai.

Un grand merci au passage à Pascal Bourguignon: il y a bien sûr son professionnalisme, mais il y a aussi les conseils et la patience dont il fait preuve, toujours avec le sourire, même submergé par mes questions et mes incertitudes : «Oui mais non… Et si on fait ça, on ne peut plus choisir cette baguette… OK, on prend ce papier… Oui, mais du coup, on ne prend plus ce papier… Quoique… »

Pour ma défense, j’ai gardé de mes années Arts plastiques le goût des matières : j’attache de l’importance au rendu d’un papier et d’une encre. Lorsqu’on se lance dans un nouveau dessin, on ne fait pas la même chose avec des pastels, des encres ou des aquarelles. En photo, c’est exactement pareil, sauf que le timing est inversé: on fait déjà l’image, et on détermine ensuite le support, en fonction du type d’image, des contrastes, de la palette, de la texture du bokeh… Et puis, je conçois mes expositions comme des objets en soi: non pas une collection de coches photographiques, mais une série qui confère à chaque image au sein du tout une dimension différente que lors d’une présentation seule.

Petite parenthèse : si la notion de série photographique vous intéresse, je vous invite à lire l’article suivant:

Une seconde image, toujours dans cette lignée d’abstraction figurative, qui date de 2012:  {HORIZON BLEU GARANCE} n’avait pas encore de nom. Juste un travail photographique qui se mettait en place et allait m’embarquer de longues heures crépusculaires à filer au gré des arbres nus d’hiver.

arbre-file-soleil-couchant

Bonne fin de semaine à toutes et tous, et rendez-vous bientôt ici: la prochaine fois, je vous en dirai quand même un peu plus sur la thématique de cette exposition… 😉

9 commentaires sur “Horizon Bleu Garance {2}

  1. C’est sympa de nous donner des fragments de ce qui se passe en coulisses. On comprend mieux l’ensemble de la chaîne de travail (et de travailleurs talentueux) qui mène à une belle expo.
    Le peu que tu dévoiles sur son contenu suffit à me donner envie de la voir en grand.
    On pressent qu’elle sera au moins aussi bien que la précédente, je suis donc impatient.
    Merci Cathy.

  2. la carte bleue va chauffer garance 🙂
    j’imagine bien le flot de questions et d’hésitations sur le tortueux chemin du choix.

  3. @ Essere: Oui, je te rejoins à 100% : Une expo, ça démarre toujours en solitaire, mais ça ne prend finalement vie que dans l’échange. C’est un travail de longue haleine, qui implique au final pas mal de monde. J’ai tout aussi hâte de la voir couchée sur papier et « à taille réelle » 🙂

    @ Ronan: … je n’ai pas abordé le financement d’une expo, dans mon billet. Mais effectivement, c’est un sujet d’actualité 😉
    Personnellement, depuis Lumière rouge, j’ai très tôt une petite idée du « ton » que je souhaite donner à une série. Lorsqu’elle devient projet d’expo concret, je finalise, et c’est là que ça se complique… Effectivement, il faut apprendre à choisir et à renoncer, sans perdre de vue l’objectif : ce que l’on veut dire, et l’endroit où cela sera exposé. C’est ainsi qu’un papier idéal pour une photo précise ne le sera pas pour une série. Certaines photos, aussi belles soient-elles seules ou en mini-séries type triptyques ne trouveront peut-être pas leur place. Bref, ça cogite fort jusqu’au moment où tout ça se décante. Au final, je suis plutôt sereine: avec un peu de recul, je maintiens totalement les choix que j’ai faits. A suivre… 😉

    @ Philippe: Merci! Elles ne feront pas forcément partie de la sélection finale, mais elles font partie des fondations de ma série. Les toutes premières… 😉

  4. Bravo pour cet article très intéressant. On comprend que le choix du support papier n’est pas simple et demande pas mal d’essai avant de trancher. Je me demande si on est pas tenté dans certains cas de vouloir varier le papier/support pour s’accorder au mieux avec les photos mais en prenant le risque de perdre l’homogénéité d’une série exposée. Si je comprends bien on privilégie la série plutôt que la photo dans ce cas ?
    J’adore la seconde photo !
    Merci à vous

    1. Merci Toine!
      Pour répondre à ta question, il n’y a pas de règle absolue. Personnellement, j’ai besoin de travailler un projet sur le long terme, avec un certain nombre de contraintes lors des prises de vue. Cela va donner au tout une unité (Pour cette expo: unité de temps (crépuscule – saison) et de lieu). Donc pour les tirages, je ne me pose même pas la question: je privilégie toujours cette unité et je la renforce en n’utilisant qu’un papier et une harmonie de formats.

      En revanche, lorsque je vends un tirage, il m’arrive de proposer ou conseiller un papier spécifique: une photo extraite de ma série n’aura pas forcément le même rendu seule, et dans ce cas, aucune raison de ne pas choisir le papier qui met le plus en valeur la photo.

      Au final, monter une exposition, c’est un peu comme prendre une photo: on doit accepter de renoncer à beaucoup de choses (renoncer à certains papiers, à exposer certaines photos…), pour ne conserver que l’essentiel et aboutir à la meilleure présentation possible de notre travail, sous une présentation qui lui donnera tout son sens et exprimera le mieux nos intentions.

      1. Merci beaucoup pour cette réponse très intéressante. J’ai hâte de voir l’exposition à Montier et de vous saluer…
        A bientôt

  5. Superbe de pouvoir suivre quelques bribes de la conception de ta prochaine expo. On comprend que chaque détail a son importance pour le rendu final. Si tu as pris la première photo il y a plus de 2 ans, toutes ne sont certainement pas encore réalisées. Envisages-tu qu’une dernière puisse être insérée dans la série 2 mois avant l’ouverture du festival?
    Après Lumière Rouge, le Bleu Garance est une couleur qui est très prometteuse vu les 2 photos que tu dévoiles ici.

    Merci Cathy.

    1. Bonjour Richard,
      Heureuse que cet article te donne envie de voir la suite! 🙂
      En théorie, je pourrais effectivement insérer dans l’exposition une photo prise quelques semaines avant l’exposition.
      Dans ce cas précis, il y a très peu de chances que cela arrive: Ce sont des photos en lumière plutôt hivernale.
      Lorsque je propose un sujet pour un festival de l’ampleur de Montier, j’ai déjà un projet bien précis et j’ai en archive de quoi réaliser une exposition complète, même si je fais des ajustements jusqu’au dernier moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *