Confidences

Imagination et #confinement…

Un petit billet un peu confus, un peu brouillon, à l’image de ce que je ressens. Pour garder le lien. Pour être en conscience dans ce monde inconnu, et penser très fort avec gratitude à celles et ceux qui travaillent comme des dingues pour éviter le pire. 

Liens de confinement : France Inter au petit matin, une page du Monde qui récapitule toutes les infos sans les rumeurs et brièvement, mon mur FB édulcoré. J’essaie de ne pas trop me connecter aux sources d’information. Mon cerveau est ainsi fait, qu’il s’hyper-connecte à merveille et travaille en autonomie pour me tricoter tous les scénarios possibles. Et comme mon imaginaire a été abreuvé de livres de SF, zombies, dystopies en tous genres depuis l’adolescence, autant vous dire qu’il a de la réserve pour fournir des scénarios improbables en cascades !

Et puis, trop s’informer, ça fait monter le curseur du vide, de l’isolement, de l’incompréhension… Entre ceux qui ont un avis tranché et tranchant sur tout, celui qui se retrouve aux urgences pour s’être brossé les dents à l’eau de javel, celle qui se douche à l’alcool à brûler, et ceux qui fanfaronnent en défiant les règles de confinement, impression d’être égarée dans un mauvais film. Où est cette fameuse voie du milieu ???

Depuis hier, devant ma fenêtre, un cerf-volant échappé s’est accroché au sommet d’un grand sapin. Tout seul.  A qui appartenait-il ? Et si son propriétaire était malade ? Franchement, en ces temps de quarantaine, le cerf-volant, c’était pas l’idée du siècle… Le voir s’agiter dans le ciel bleu depuis 24h a quelque chose de surréaliste. Où est-il, ce temps de la légèreté ?

Je me détache de la fenêtre. Je rejoins mon canapé et je zappe. Jusqu’à trouver la série parfaite : celle qui va éteindre mes pensées. Au bout de quelques minutes, mon cerveau autonome reprend les commandes. Je ne peux pas m’empêcher de songer à l’après. Et si on ne pouvait plus s’approcher les uns des autres pendant… des semaines ? Des mois ? Des années ? Il existe tant de films qui ont mis ça en scène ! Du coup, je conscientise que la série que je regarde appartient au temps d’avant. Après tout sera différent. Bien sûr, peu probable que le pire arrive. Mais l’imagination galope vers ces futurs maintes fois inventés par les conteurs modernes. Et si… On ne pouvait plus jamais ne pas avoir peur de l’autre ?… La fin d’un monde se joue. Je sens plus que jamais qu’il ne faut pas céder à la panique, au rejet de l’autre. Demeurer coûte que coûte dans cette ouverture du coeur qui est la seule voie possible. La solidarité est la clé de la survie. Saisir ce temps dans notre propre intimité pour affirmer de nouveaux choix, d’autres voies, à l’issue de tout ça.

Heureusement, la nature nous inonde de lumière, en ce moment. Franc soleil : enfin ! Avec une bise glaciale qui fait réfléchir avant de sortir… Tiens, ça tombe plutôt bien, non ?

Merci de votre présence. Prenez bien soin de vous et de vos proches, et soyons plus que jamais solidaires et empreints de gratitude.

Et pour illustrer ce billet, quelques photos d’archive -je n’ai pas trop le coeur à dépoussiérer l’apn- prises au jardin. Cela m’a semblé de circonstance 😉

13 Comments

  • Philippe Bullot

    Bonjour Cathy, la situation est confuse pour tout le monde, c’est le règne des excès, de l’incompréhension mais aussi du dévouement formidable des soignants… En attendant, tes photos nous font du bien, je suis sous le charme !

    • Cathy Bernot

      Coucou Philippe,
      C’est ton commentaire précédent qui a en partie inspiré mon billet 😉
      Merci pour ta présence ! Et au passage, j’ai tenté de te laisser moi aussi un com dans ton blog, mais ça n’a pas marché…
      Oui, les soignants et autres qui sont au front et portent notre monde à bout de bras, le préservant de l’implosion, sont au coeur de mes pensées <3 Je n'avais jamais ressenti autant de gratitude, et pris conscience que l'humain peut être le pire, mais aussi tellement le meilleur !
      Bises à vous, prenez bien soin de vous

  • Maussion didier

    Il y avait un avant … était meilleure ou pire ?? y aura t’il un après j’en doute … rien n’a changer , rien ne change ! égoïsme , individualisme , nombriliste etc… je ferme les yeux , me bouche les oreilles … envie de fuir tout ces choses qui m’agresse et me blesse . toute ces fausses informations , ceux qui savent mieux que les autres ! plus en plus de mal avec Facebook , avec ce flot de fausses informations , de haine envers les autres etc… la nature me manque … me retrouver seul avec mes pensées , mes émotions et composer avec l’instant présent … j’arrive pas à prendre mon APN .. les photos seraient flous .. sans âme !! trop d’information trop de d’intox … tout en trop ! il y avait un avant qui est passé et sera le miroir d’un présent on aurait espérer un autre futur … Prenez soin de vous !

    • Cathy Bernot

      Oui en manque de nature aussi. Il faut plus que jamais s’écouter et couper certains flux d’information, qui s’alimentent de l’anxiété plutôt que d’apporter de réelles infos. Reprendre ça en main, se recentrer, et choisir les moments et les sources d’information. Et rester dans le présent, vue qu’il nous est impossible de nous projeter.
      Gros bisous à vous, prenez bien soin de vous

  • Céline

    Quelles sont belles ces photos florales Cathy ! Merci pour ce partage de couleurs et de fraîcheur !
    Personnellement, étant une PHS (personne hyper-sensible), souffrant d’anxiété généralisée, j’ai pris la décision d’appliquer la distanciation avec les réseaux et médias sociaux et depuis, mon stress a diminué…
    Cette période critique nous fait vivre bien des angoisses et des questionnements sur nos modes de fonctionnement collectif et individuel.
    Solidarité, gratitude, espoir, ouverture du coeur et amour… voilà ce que je nous souhaite !

    • Cathy Bernot

      Oui, pareil : ne plus subir les réseaux mais s’en distancier permet de retrouver un calme relatif. Aussi hyper-sensible 😉 Mais je crois qu’en France, c’est beaucoup moins (re)connu. Au fil des années, j’ai appris qui j’étais, à me respecter (un peu !) et à prendre un peu plus soin de moi (pas toujours… ). En ce moment, je me raccroche à la méditation, au yoga. Comme tu le dis, c’est aussi le temps de se connecter un peu plus à notre propre singularité, à notre enfant intérieur. Règle d’or : être doux avec nous-même, surtout !
      Et qui sait, une petite fenêtre ouverte sur un monde + authentique et solidaire à l’issue de tout ça ?
      Prends bien soin de toi

      • Céline

        J’avais perçu que tu faisais partie du club des PHP ! ;-p
        Promis, je veille à prendre soin de moi du mieux que je peux ! 😉
        Bonne fin de semaine et mes pensées du Québec 🙂

  • Anita

    J’ai plein d’espoir. La source est là. Nous nous en sommes éloignés à des années lumières et voilà qu’on nous oblige à y revenir. L’unité de cette pensée ne peut pas nous amener ailleurs.

    • Cathy Bernot

      Coucou Anita,
      Je crois qu’on ne nous oblige à rien, au contraire. Nous sommes libres de choisir. Ce choix nous est proposé d’aller vers autre chose, ou de nous enferrer dans notre vieux monde brutal. Quant à la nature, je crois qu’au fond, elle se fout un peu de tout ça. Elle en a vu d’autres, et avec ou sans nous, elle déploie sa formidable énergie vitale. C’est à nous de prendre soin de nous en prenant soin d’elle.
      Prends bien soin de toi 😉 Bises

  • Christine Bastide

    Les pensées s’enchaînent, les mots plein d’espoir et pourtant le cœur n’y est pas. Je suis comme toi dans une confusion perturbante, envie d’être optimiste mais contrainte à être réaliste.
    Un mauvais scénario qui peut avoir bien des fins différentes … que l’on pense collectif ou individuel. Difficile de ne pas cogiter et de prendre du recul… car prendre du recul c’est réfléchir sur quelque chose de déjà vu et là ce n’est pas le cas. Respirer, vivre l’instant hors du temps et loin des infos… qui même si elles sont nécessaires tournent vite à la psychose et ce que nous ferions naturellement devient un processus angoissant… heureusement nous avons notre monde intérieur… riche de nos souvenirs et de nos émotions, cultivons le précieusement il est notre sanctuaire.

    • Cathy Bernot

      Oui, avec une pensée en arborescence, le nombre de fins possibles est ingérable !!!
      Essayer plus que jamais de débrancher, de trouver coûte que coûte des petites bulles de paix et de silence (dans sa tête 😉 parce que dehors, y’en a + qu’avant du silence). Et mettre à profit ce temps pour câliner notre moi intérieur, le découvrir, le nourrir et l’aimer un peu plus/mieux. Tout un programme !!! 😀 J’adore ton mot « sanctuaire » très juste !
      Bises à vous et prenez soin de vous !

  • Pastelle

    Elles sont superbes tes photos, si pleines de douceur… ♥
    Vivement que la douceur revienne, sans cette peur de l’autre qui empoisonne la vie en ce moment, en plus de la peur.
    Merci pour le lien. Je m’autorise 5 minutes de nouvelles par jour, ça suffit…

    • Cathy Bernot

      Merci Sophie,
      J’espère que tout va bien pour toi ?
      Comme toi, une fois par jour, je m’informe à des sources « froides » comme ce lien. Et j’essaie de ne pas laisser grandir cette angoisse sourde dont je n’ai même pas toujours conscience, mais qui est prête à tout grignoter, si je lui laisse la place.
      Bises et prenez bien soin de vous

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *