noir-et-blanc-fleur
Heure bleue

Monochrome nature

Quelques photos en vrac, traitées différemment de ce que je fais d’habitude: des monochromes, et même… du noir et blanc : tout arrive 😉

Ne cherchez pas de logique dans cette série, qui n’en est d’ailleurs pas une. Juste des images très différentes les unes des autres réunies autour de cette monochromie, et un peu en dehors de ce que je fais habituellement.

Monochrome à l’heure bleue

Cette première photo n’a pas subi de post-traitement particulier. Il s’agit d’une photographie à l’heure bleue. Les 3 suivantes ont bien sûr été repassées en monochrome, avec un peu plus de travail en post-production que d’habitude, souvent indispensable pour le noir et blanc.

Halo et mousse

La mousse, sujet inépuisable et fétiche pour moi ! Je me suis souvent livrée à une macro de mousse proche de la monochromie, mais en jouant simplement sur les contrastes de lumière, sans passer par la case « post-traitement » (voir ma galerie Mousse). Ici, j’ai simplement repassé en noir et blanc la photo. Je lui trouve un petit côté désuet, vintage…?, que j’ai accentué par l’emploi d’un filtre sélénium.

Les deux dernières images sont deux noir et blanc classiques et différents l’un de l’autre, entre texture ouatée et graphisme acéré. 

Printemps attendu !

Graphisme noir et blanc à fleur d’eau

 Bonne semaine !

9 Comments

  • essere

    Très belle série. J’ai une petite préférence pour la première, celle qui est peu post-traitée.
    J’aime cependant beaucoup la façon dont tu utilises ton logiciel : tu fais une interprétation artistique libre et assumée d’un sujet. (Tout le contraire de ce que l’on voit malheureusement beaucoup : des bidouillages qui maquillent la médiocrité de la photo brute. Comme les gens qui se maquillent trop, ça se voit et c’est laid.)
    Donc, merci Cathy pour tes œuvres originales.

    • Cathy Bernot

      Merci Essere. A l’ère du numérique, tout le monde passe obligatoirement par la case logiciel (du moins tous ceux qui photographient au format raw). Ces logiciels de post-traitement proposent tellement de presets et autres options qui donnent un « cachet » aux images qu’il est tentant de tomber dans l’excès. Il ne faut pas oublier que c’est le photographe qui doit imprimer sa patte perso sur une image, pas le logiciel ;).
      Et je te rejoins pour la première 😉 même si j’ai des idées de noir et blanc qui me trottent dans la tête en ce moment. A suivre!

  • Benjamine

    A la suite de cette dernière publication, je viens de me replonger avec délice dans ton blog, en piochant de ci de là quelques images au hasard qui ont égayé une soirée morose, je t’en remercie Cathy.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *