• Toutes simples… Les photos macro en hiver

    … Mais pas que ! 😉 Hé oui, un nouvel article sur la pratique photo dans le blog ! C’est vrai, j’ai beaucoup moins de temps qu’avant à consacrer à ce genre d’article. Cela me manque ! Ce matin, j’ai failli publier ces images sur FB, avec juste un petit bla-bla. Mais j’avais envie de plus lent. De plus durable. D’autre chose qu’un simple like sans même un coup d’oeil. Alors, me voilà de retour ici.        Allez hop ! Il est temps de plonger au coeur du sujet : la photo macro en hiver… En cette saison, la plupart des photographes amateurs rangent l’appareil photo et soupirent,…

  • Formation macro : stages individuels 2018

    Bientôt le printemps ! Si, si ! Même si on a encore un peu de mal à y croire, dans quelques semaines, on pourra retrouver le plaisir des sorties nature. Il est donc temps pour moi de vous parler de ma saison de stages 2018, mais aussi de faire un petit bilan sur l’année 2017. Les premiers stages macro nature 2017 : c’était la première année que je proposais ce type de formations, sans trop savoir ce que ça allait donner. Et puis, tout s’est fait tout seul, très simplement. Les réservations se sont succédées toutes seules, avec de belles rencontres à la clé. La surprise de mettre un visage…

  • goutte-eau-macro

    Histoire d’eau

    Lorsque la macro rime avec reflets sur l’eau… Vous commencez à le savoir: c’est les pieds dans l’eau que je me sens le mieux! Et pas seulement pour traquer la libellule émergente. Parfois un reflet, un rayon de soleil, un scintillement suffisent à interpeller mon capteur, comme le montrent les deux photos que je publie aujourd’hui. Deux photos prises au bord de l’eau, réunies autour de la quête d’ambiance et des flares et pourtant très différentes l’une de l’autre. Macro solaire: Une photo de plus pour ma série Naga Oban: des scintillements, une lumière dorée qui tourbillonne comme un nuage de lucioles un soir d’été. Atmosphère éphémère. Les insectes bourdonnent encore.…

  • Goutte d’eau, perle de rosée

    Hier matin, il y avait un petit parfum de finitude dans l’air. Soleil, chaleur, on aurait pu se croire au coeur de l’été. Pourtant, il y a des signes qui ne trompent pas! Les papillons se font rares. Les libellules aussi: quelques agrions, quelques symetrums un peu hagards. Et puis, il y a cette brume qui montait en fumerolles de l’étang et des lisières, cette rosée scintillante qui n’existe qu’en automne. Autant d’indices qui laissent transparaître sous la terre durcie par l’estive les premières effluves automnales. Plutôt que de tenter de figer sur mon capteur la fin d’une saison, j’ai délaissé les dernières libellules pour me plonger au coeur des premières…

  • Silhouette: Cristal rose et rouge

    Du cristal haut en couleur dans mon fatras

    Envie de couleur! Cristal fluo Comme chaque année en fin d’hiver, je craque… Trop envie de couleur! Cette fois, j’ai jeté mon dévolu sur quelques petits verres en cristal coloré, chinés il y a longtemps dans l’intention de réaliser une séance studio pour nourrir mon Fatras. Ces photos ont été réalisées en intérieur: studio maison et lampes daylight. En dehors d’une pointe de contraste, pas de post-traitement particulier pour ces images. J’ai conservé la saturation plutôt affirmée que mon boîtier a choisi d’appliquer tout seul comme un grand: il me comprend et a répondu favorablement à mon envie de couleurs 🙂 J’avais soif de cette palette rose, rouge, safran: une palette à…

  • Gros plan et flare sur la mousse

    Il neige sur la mousse

    Retour sur l’un de mes sujets macro d’hiver préférés: la photo de mousse en contrejour et à grande ouverture, histoire de jouer avec le flare. Faire des photos de mousse dans la neige, c’est facile? Cette année, j’avais très envie de faire des macros de mousse dans la neige. La chose n’est pas aisée! En effet, il faut qu’il y ait de la mousse mûre à point, c’est à dire aux brins assez gorgés d’humidité pour bien prendre la lumière. Ça,  c’est une situation assez fréquente en cette saison.  Mais il faut aussi de la neige, et la neige en Champagne, ça n’est jamais gagné. Et puis, dernière exigence nature, et…