• Fleurs de printemps | Sortie photo macro

    ✽ Une petite série de photos sur les thématiques de nos stage photo individuels. Ce sont aussi les sujets que nous traiterons lors de notre premier stage Nature en lien… avec les toutes premières libellules 😉 . Si cela vous tente, infos complémentaires ici ou par mail ou téléphone : https://cathy-bernot.com/stage-photo-prestations-particuliers/ Les premières fleurs sont enfin là ! Toutes simples, et pourtant, elles nourrissent tant notre envie de nature ! Toutes simples… mais pas si simples à photographier ! Les fleurs blanches ont la fâcheuse tendance à cramer au soleil, et à trop contraster avec les fonds qui s’assombrissent. Fleur blanche de printemps : l’anémone sylvie Les fleurs jaunes comme la ficaire ont les…

  • Ficaire fausse renoncule

    Bien avant les hirondelles, il y a la ficaire pour nous annoncer le printemps. Aux premiers rayons de soleil, elle sort de terre, s’apprête, lustre ses pétales safranés, petite étoile vernissée qui illumine les sentiers humides. C’est l’une des fleurs les plus précoces de l’année, qui cohabite souvent avec l’anémone Sylvie. Une manne providentielle pour les insectes tirés de l’hibernation par la remontée des températures. Ficaire ranunculus Ficaria VS Bouton d’or (Au pays des Renonculacée) Ficaire fausse renoncule… Un nom qui se joue de nous : Appelée «fausse renoncule» pour éviter toute confusion avec la «vraie» renoncule âcre ou «bouton d’or», elle appartient pourtant à la même famille botanique des renonculacées. La ficaire Fausse Renoncule est donc…

  • anémone pulsatille ( Anemone pulsatilla)

    Rendez-vous avec l’anémone pulsatille

    L’anémone pulsatille: velours violet et coeur d’or Si la blanche anémone des bois est très courante, il est une autre anémone sauvage beaucoup plus discrète: L’anémone pulsatille.  Photographier l’anémone pulsatille Cette fleur toute poudrée d’un duvet gris est à la fois très photogénique et un vrai casse-tête à mettre en boîte. Son duvet est un bonheur à exploiter en photo: il redessine ses contours, en particulier à contrejour. De plus, le velouté des tiges comme des pétales évitera tout reflet indésirable. En revanche, sa petite taille exigera de se creuser les méninges (et de maltraiter ses tendons) pour trouver un angle de prise de vue au ras du sol, sans écraser d’autres…