• Haïku, rien de plus…

    La fraîcheur J’en fais ma demeure Et m’assoupis. Bashõ   Langueur d’automne Flottaison de saison Partie loin de mon ordinateur le temps d’une soirée. Quelques photos dans la boîte. J’ai voulu les publier. Celle-ci a refusé. Elle avait besoin de solitude. D’un peu de temps, d’intimité, pour accepter la chute. Il faut écouter parler nos images. Je me suis pliée à sa volonté. La voilà donc seule sur l’eau étale de la mare. Encore verte, qui repousse l’automne mais déjà frémit sous la lumière froide d’octobre. La suite un peu plus tard, et d’ici là, profitons de l’instant et de la lumière.